lundi 18 septembre 2017

Le programme de la 3ème édition du festival Ecologos de films sur notre environnement

Le Club Lamartine et le cinéma Devosge organisent du 25 septembre au 1er octobre le festival de films "Ecologos", une série de 7 films sur l'environnement suivis de débats.
Lundi 25 septembre 20h30 : « De Paris à Fukushima : Les secrets d’une catastrophe » en présence de la réalisatrice Linda Bendali


Mardi 26 septembre à 20h30 : « L’éveil de la permaculture » en présence du réalisateur Adrien Bellay


Mercredi 27 septembre à 20h30 : « Les sentinelles » en présence du réalisateur Pierre Pezerat


Jeudi 28 septembre à 20h30 : « Une suite qui dérange : Le temps de l’action » en présence de Aurélien Trioux (President de plantons le décor et élu)


Vendredi 29 septembre à 20h30 : « The Cove - La Baie de la honte » en présence de Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France (fondée par Paul Watson)


Samedi 30 septembre à 20h30 : « Longyearbyen, a bipolar city » en présence du réalisateur Manuel Deiller

Dimanche 1er octobre à 18h00 : « Zéro Phyto 100% Bio » en présence du réalisateur Guillaume Bodin


La diversité de ces films montre un aperçu de la diversité des problématiques environnementales. Ce festival est un bon moyen d'ouvrir les yeux sur le monde, puis de choisir d'agir pour un monde meilleur.

vendredi 15 septembre 2017

Un nouvel artisan producteur sur le marché de Dijon

"Il était une fois... La note du Colibri", telle est la petite phrase que l'on retrouve sur les préparations à base de légumes et de fruits de Jean-Philippe Decologne. Celles-ci sont surprenantes et délicieuses. A découvrir tous les vendredi matins dans les halles de Dijon.










Du local et du bio, tout simplement, avec rien que des légumes de côte-d'Or et de même pour une grande majorité des fruits. A découvrir notamment ses carottes et betteraves "façon choucroute", ses excellentes Courgettes aigres-douces, ses pâtes à tartiner noisettes ou noix, sa délicieuse compote de potimarron vanille, etc.

mercredi 13 septembre 2017

Le tour de France 2017 des cantines rebelles passe par Dijon

"Après le succès des étapes du printemps à Nîmes et au Nantes Food Forum, Un Plus Bio reprend la route à la rentrée. Le 27 septembre, une étape bourguignonne au pays du bien manger, à la rencontre des acteurs de l’agglomération dijonnaise qui font vraiment bouger la restauration collective."













"Alors que la part du bio et du local reste confidentielle dans les assiettes et que se déroulent les États généraux de l’alimentation jusqu’ à la fin de l’année, le Tour de France d’Un Plus Bio est l’occasion d’échanger avec celles et ceux qui mettent les bouchées doubles pour évoluer vers des cantines plus bio, locales et saines. Adhérents d’Un Plus Bio mais aussi non adhérents, techniciens, élus, citoyens, chargés de mission, cuisiniers, tous sont bienvenus à cette journée pour débattre, s’enrichir et partager. Au menu : visites pratiques, échanges et débats thématiques."
Après cette journée, il sera peut être possible de savoir quand les cantines scolaires seront 100% Bio à Dijon.

mardi 12 septembre 2017

Enquête: votre ville est-elle cyclable ?

Davantage de vélo à Dijon et dans l'agglomération ? Au delà du discours officiel, qu'est-ce qu'en pensent les usagers de la petite reine ? Envie de vous exprimer ? Répondez à l'enquête de la Fédération française des usagers de la bicyclette.
Plusieurs types de questions sont posées:

*Ressenti général sur mon quotidien à vélo à Dijon

*La sécurité des déplacements à vélo à Dijon













*Le confort des déplacements à vélo à Dijon

*Importance accordée au développement du vélo par la ville de Dijon

*Le stationnement et les services vélo à Dijon
Les résultats de cette enquête seront très intéressants car ils donneront un bon aperçu de ce que pensent les dijonnais de la situation cyclable localement. Un message vers les décideurs.

dimanche 10 septembre 2017

Sortie du film "Une suite qui dérange, le temps de l'action"

En 2006, le film "Une vérité qui dérange" de Al Gore, mettait en lumière l'impact de l'activité humaine sur le réchauffement climatique via nos émissions de CO2. Son second film, "Une suite qui dérange, le temps de l'action" sera visible en avant première le 14 septembre au cinéma Devosge, puis à partir du 27 septembre.


Synposis:
"Grâce à UNE VÉRITÉ QUI DÉRANGE (2006), l’opinion publique avait été largement sensibilisée aux dérèglements climatiques.
Dix ans plus tard, la suite du célèbre documentaire nous montre que nous sommes en passe de vivre une véritable révolution énergétique. Infatigablement, l’ancien vice-président Al Gore poursuit son combat, sillonnant la planète pour former des adeptes de la cause climatique et tenter d’influencer la politique internationale en matière d’environnement. On découvre Al Gore en coulisses, dans des moments de sa vie privée et lors d’apparitions publiques, tour à tour drôles et poignants. Car si les enjeux n’ont jamais été aussi vitaux, les dangers liés au changement climatique peuvent être surmontés grâce à l’ingéniosité et à l’enthousiasme des êtres humains."
Les récents évènements ont montré les conséquences annoncées du réchauffement climatiques (ouragan Irma), les solutions existent pour diminuer notre impact sur l'environnement, bien mises en valeur dans le film Demain. Et dans l'agglomération dijonnaise, de nombreux acteurs agissent au quotidien dont des associations. Vous en avez assez d'être spectateur face au réchauffement climatique ? Vous avez envie de devenir acteur, d'agir ? Rejoignez une des associations locales qui agissent à leur façon.

jeudi 7 septembre 2017

4 ans de batailles juridique pour 0,33% de panneaux publicitaires en moins

L'information est passée inaperçue, seul un article du Bien Public en fait allusion. La ville de Dijon s'est battu avec acharnement sur le plan juridique pendant 4 ans pour faire tomber 0,33% des panneaux publicitaires de l'agglomération.

La mairie de Dijon n'a pas communiqué sur son exploit de faire supprimer 0,33% des panneaux publicitaires de l'agglomération. Exploit il y a, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Explication chronologique des évènements:
-  2 mai 2012, la société Oxialive fait une demande pour l'installation d'un dispositif publicitaire lumineux.
- 1er juin 2012, les services de la ville de Dijon refusent la demande sous prétexte que ces panneaux seraient accidentogènes.
- 30 novembre 2012, renouvellement de la demande de la société Oxialive, argumentée par des lettres des services de la police de Valenciennes, Douai, Bethune, Henin Beaumont, Lens, Bruay La Buissiere  attestant qu'ils n'ont pas remarqué davantage d'accidents à proximité des panneaux Oxialive déjà installés.
- 31 janvier 2013, la ville de Dijon n'ayant pas répondu à la seconde demande d'Oxialive, l'autorisation est tacite.
- 30 avril 2013, les membres de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or écrivent à François Rebsamen (Sénateur maire de Dijon), Pascal Mailhos (Préfet de Bourgogne) et François Patriat (sénateur et président de la région Bourgogne) pour les interpeller sur l'apparition de ces panneaux publicitaires dans les rues.
- 1er juin 2013, des militants de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'or se mobilisent place Saint Exupéry pour dénoncer la présence de ces panneaux.
- 6 août 2013, la mairie de Dijon demande le retrait des panneaux.
-14 juillet 2017, après 4 ans de bataille juridique, la cour administrative d'appel de Lyon confirme que les panneaux Oxialive doivent être enlevés. Pour y arriver, les services juridiques de la mairie de Dijon ont joué sur un détail technique: la taille de ces panneaux. Ils doivent faire 8 m2 maximum. Pour Oxialive, seule la partie lumineuse compte (moins de 8 m2), tandis que pour Dijon, l'encadrement compte (plus de 8 m2). La ville de Dijon a gagné en réalisant en même temps une première en France sur ce point, du jamais vu dans le milieu des afficheurs publicitaires.
- 6 septembre 2017, la société Oxialive fait retirer ses 5 panneaux à Dijon.
4 années pour faire retirer 5 panneaux publicitaires, combien en faudra t il pour retirer les 1500 autres ? Pas longtemps si les services de Dijon Métropole le veulent. Mais voila, ils ne le veulent pas ! Actuellement, le Règlement Local de Publicité intercommunal est en train d'être ré-écrit. Ce document règlemente la présence ou non de panneaux publicitaires dans les rues. Et le projet actuel est ridicule par son ambition. Supprimer quelques dizaines de grands panneaux 4x3 et surtout ne pas toucher les près de 600 panneaux de la société Clear Channel... A noter que via ce RLPi, tous les panneaux Oxialive auraient pu être supprimés sans passer par la case juridique.

Cette histoire des panneaux Oxialive démontre une fois de plus que les responsables de Dijon peuvent accomplir des prouesses sur des questions environnementales quand ils le veulent, mais peuvent aussi accoucher de résultats décevants (cas du RLPi à venir) quand ils le veulent aussi...
Cette incitation à la sur-consommation dans les rues n'est pas une fatalité !

dimanche 3 septembre 2017

Faucheurs Volontaires convoqués au Tribunal de DIJON le 5 septembre

Communiqué de presse des Faucheurs volontaires d'OGM:
"Faucheurs Volontaires convoqués au Tribunal de DIJON le 5 septembre
Rassemblement de soutien à 8 h 30

Le 28 novembre 2016, 67 Faucheurs volontaires neutralisaient à Darois, Fromenteau et Marsannay-le- Bois des plate-formes de démonstration de colza rendu tolérant à un herbicide (VrTH). Ces variétés sont issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage.

Des rencontres avaient préalablement eu lieu entre Faucheurs volontaires et des instances administratives ainsi que des coopératives dont Dijon-Céréales pour alerter sur ce problème. Ces rencontres ont été laissées sans suite. Les Faucheurs ont donc été contraints à la désobéissance civique.

Suite au fauchage du 28 novembre, 14 Faucheurs volontaires sont convoqués à 8 h 30 au Tribunal Correctionnel de Dijon suite à la plainte déposée par la Coopérative Dijon – Céréales, responsable de ces cultures de colza OGM VrTH.

D'autres convocations étaient prévues les 12 et 19 septembre et 5 octobre, mais par courrier à nos avocats M. le Procureur adjoint a donné une suite favorable à la demande des Faucheurs de regrouper les audiences en une seule début avril 2018.

Une lettre sera remise ce mardi 5 septembre 2017 à Mr le Procureur pour lui demander la comparution des 67 Faucheurs présents à l'action du 28 novembre dernier. En effet, il n'y a pas égalité de traitement devant la justice car à ce jour 34 Faucheurs sont convoqués en justice sur les 67 participants.

Par leur action les Faucheurs volontaires dénonçaient :
– la non transparence de ces cultures : en France des OGM sont cultivés ; ce sont des colzas et tournesols VrTH mutés. Ce sont des OGM cachés qui se retrouvent dans nos champs.
– le non respect du principe de précaution inscrit dans le Code de l'environnement : en effet, ces plantes tolérantes à un herbicide en sont donc imprégnées et sont à la base d'huiles alimentaires qui se retrouvent dans nos assiettes.
– le passage en force des semenciers et de l'agro-industrie dont les objectifs sont les retours sur investissement liés au brevetage du vivant.

Par leur action les Faucheurs volontaires demandaient expressément au gouvernement la mise en place d'un moratoire sur ces variétés mutées rendues tolérantes à des herbicides.













Il est à noter que le problème de ces OGM mutés est si important que la Cour de Justice Européenne en a été saisie à la demande du conseil d'État français lui-même incapable de trancher."

mercredi 30 août 2017

Conférence zéro déchet en présence de Béa Johnson

Invitée par Dijon Métropole dans le cadre du projet territoire « Zéro Déchet, Zéro Gaspillage », Béa Johnson viendra partager avec humour et énergie les obstacles rencontrés et les solutions adoptées au long de son parcours pour atteindre le Zéro Déchet.

Sans prêcher ni juger, elle parle de son mode de vie avec légèreté et casse toute idée préconçue : elle prouve que le Zéro Déchet peut améliorer la santé et permettre un gain de temps et d’argent. Elle parvient à faire d’un sujet rébarbatif, un défi accessible pour chacun. Béa Johnson s’exprime avec passion, dynamisme et franchise. Elle propose un point de vue unique qui regroupe une pléthore de solutions applicables chez soi. Elle incite son auditoire à prendre un regard différent sur sa propre vie et à changer ses habitudes.
Que vous soyez novices ou experts en développement durable, vous découvrirez un monde de possibilités que vous n’aviez jamais envisagées."


La numéro un du zéro déchet.
Béa Johnson et sa famille ont éliminé la poubelle de leur quotidien : leurs déchets annuels tiennent dans un bocal d’un demi-litre. Grace à son blog, et son bestseller, Zéro Déchet (traduit en 16 langues), Béa a lancé un mouvement global. Elle donne des conférences sur les six continents et est devenue la porte-parole mondiale, ou comme la surnomme le New York Times, « la papesse du mode de vie Zéro Déchet ». Originaire du Sud de la France, elle vit aujourd’hui en Californie.

Conférence Amphithéâtre Aristote, Campus Universitaire, samedi 23 septembre à 17h30.

Présence d'un village "zéro déchet" avec des acteurs locaux:
- Consommer autrement avec l’association Eco-friendly 21
- Composter et jardiner au naturel avec l’association Arborescence
- Trier et réduire ses déchets avec les ambassadeurs du tri de Dijon Métropole
- Cuisiner « anti-gaspi » avec l’association Pirouette Cacahuète
- Réaliser ses propres produits de nettoyage et de cosmétique avec LULU – Graine d’un Monde.

Quelles sont les 5 règles du zéro déchet ?
* Refuser ce dont nous n’avons pas besoin
* Réduire ce dont nous avons besoin
* Réutiliser ce que nous consommons (et que nous ne pouvons ni réduire ni refuser)
* Recycler ce que l’on ne peut ni refuser ni réutiliser
* Composter (tout le reste)

mardi 29 août 2017

Bombalduc, la nouvelle carte des PokeTerre

L'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or a dévoilé cet été sa nouvelle carte PokéTerre à collectionner, découvrez Bombalduc !

"Mi-novembre 2016, la première série de cartes PokeTerre était distribuée dans les rues de Dijon. La carte Charbonito dénonçait la banque BNP et ses investissements dans le charbon.

Le 6 août 2017, les AT 21 lançaient devant le CEA de Valduc la carte Bombalduc lors de la commémoration du bombardement atomique d’Hiroshima, premier jour du 4ième Jeûne-action international Dijon-Valduc.

On y voit un monstre en forme de bombe ailée terrifiant la faune sauvage et stérilisant la terre d’un village aux toitures typiques de Bourgogne. Son nom, Bombalduc, est un rappel et une dénonciation des activités du CEA de Valduc, situé à 45 km de Dijon. Le CEA intervient maintenant de façon illégale dans le développement et la fabrication des sous-ensembles nucléaires des armes atomiques, depuis le 7 juillet 2017 avec le vote historique du Traité d’interdiction des armes nucléaires voté par l’ONU. Vous aussi soutenez ce Traité en signant la carte postale adressée à M. Macron !"

Quelle sera la prochaine carte ? Mystère.

jeudi 24 août 2017

Les formations du Dr Watt bientôt à Dijon

"Depuis 2013, Enercoop propose une formation pas à pas aux économies d’électricité. Dépoussiérer sa facture pour mieux l’alléger, repérer les appareils consommateurs, mettre fin aux gaspillages pour économiser sans bouleverser son confort, limiter son empreinte environnementale… Voilà le programme de Dr Watt !" La première session à Dijon aura lieu le 5 octobre.

Le programme dure 6 semaines et se décompose en 4 étapes: "2 sessions de formation avec experts + 1 autodiagnostic à la maison avec prêt d'un wattmètre + 1 suivi en ligne de vos économies."

La formation est payante, mais rentable: "39€ de formation pour 34€ d'économies par an en moyenne sans changer votre mode de vie. Dès la 2ème année, le coût de la formation est largement amorti !" L'inscription au préalable est obligatoire.

Pour rappel, Enercoop est un fournisseur d'électricité 100 % renouvelable créé en 2004 pour inventer un nouveau modèle énergétique.Ces formations sont très certainement très intéressantes. C'est aussi l'occasion de faire le pas, celui de quitter EDF (nucléaire), pour Enercoop.

mardi 22 août 2017

Un dijonnais anti-nucléaire blessé à Bure par des gendarmes

Le week-end du 15 août avait lieu à Bure un grand rassemblement pour manifester contre le projet CIGEO, le projet de poubelle nucléaire. Les gendarmes ont gazé et envoyé des grenades sur les manifestants, blessant gravement un dijonnais, et ont attaqué au canon à eau des enfants.


Extraits de l'article de Mediapart: "Une pluie de grenades, des explosions à hauteur de visage, des corps projetés en l’air comme s’ils sautaient sur une mine, des enfants éclaboussés par le canon à eau de la gendarmerie : quarante-huit heures après la manifestation contre Cigéo, le site d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, des opposants accusent les gendarmes d'avoir mis en place une stratégie de la tension et décrivent des scènes d'une violence extrême.

Le cas le plus grave concerne Robin, père de deux enfants, grièvement blessé par une grenade GLI-F4 qui a brisé la plupart des os de son pied. Actuellement hospitalisé, il risque l’amputation de ses cinq orteils.

Par le biais d’une tierce personne, il écrit ce récit, transmis à Mediapart puis diffusé dans un communiqué : « Mon pied est dans un sale état, la grenade l’a creusé sur une profondeur de 3 cm et un diamètre de 13 cm, les os sont pour la plupart brisés. Certains ont même disparu, pulvérisés. La chaussure a été explosée, le plastique a fondu et s’est engouffré dans la plaie, si bien qu’une infection est probable, ce qui nécessiterait l’amputation des cinq orteils. À cela s’ajoute une trentaine d’éclats répartis dans l’autre jambe. Les gendarmes ont tiré une quinzaine de grenades assourdissantes, ils ne couraient aucun danger. Juste avant que mon pied saute, j’ai vu une grenade exploser à hauteur de tête. »

Journaliste et réalisateur, Sébastien Bonetti a filmé la manifestation du 15 août. Il raconte s’être senti « en danger physique » pour la première fois dans une manifestation : « Alors que je tenais ma caméra, par trois fois, j’ai failli me prendre une grenade dans le visage. Si quelqu’un ne m’avait pas crié “cours !”, à chaque fois, je me la prenais. Je me suis senti visé. J’ai vu des grenades éclater à deux mètres du sol, au niveau du visage des gens. C’était hallucinant. Quand je suis reparti, j’étais sous le choc. On est passé à rien d’avoir un mort à Bure. » Il décrit aussi le puissant jet du canon à eau s’abattant sur le cortège alors que s’y trouvaient des enfants."

Plusieurs dijonnais étaient présent lors de cette manifestation et tous décrivent la volonté délibérée des gendarmes de blesser des manifestants. Il faut dire qu'en France, le nucléaire est un sujet tabou mené par des ingénieurs soucieux de leur jouet et des élus sans réflexions intellectuelles dignes de leur fonction;  sans parler des élus locaux qui ne voient que les millions que leur verse l'ANDRA (forme de corruption tout juste légale que seul le nucléaire se permet).
Cette folie de certains technocrates d'enterrer les déchets nucléaires pourrait prendre fin grâce à Nicolas Hulot, ministre de l'environnement. En effet, celui-ci s'était affiché contre ce projet. Mais aura t il le dernier mot ? Rien n'est moins sur vu la dictature nucléaire qui règne dans les hautes instances françaises...
Et pour ceux et celles qui en ont assez de cette folie du nucléaire, le premier geste est de quitter EDF pour Enercoop.

jeudi 10 août 2017

Ce panneau publicitaire n'existe pas ! Selon Dijon Métropole...

Mercredi 2 août, des adhérents de l'association les Amis de la Terre Côte-d'Or ont une nouvelle fois sur-affiché des panneaux publicitaires dans les rues de Dijon. Cette fois, le message était plus troublant: "Ce panneau publicitaire n'existe pas ! Selon Dijon Métropole...". Du sur-affichage sur des panneaux qui n'existeraient pas !













L'explication se situe dans le projet de RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal) actuellement en débat, un débat en catimini puisque restreint aux maires de l'agglomération et quelques structures choisies, mais interdit aux associations environnementales intéressées.










Dans ce projet, en page 66 il est indiqué, à propos des panneaux publicitaires considérés comme mobilier urbain: "Le nombre et leur localisation étant parfaitement connus, leur recensement est inutile." Cela comprend les, environ, 600 panneaux publicitaires de la société Clear Channel. Depuis le tout début, ces panneaux publicitaires sont soigneusement ignorés. C'était déjà le cas dans l'audit de la société Cadre & Cité qui référençait 984 panneaux tandis qu'un audit citoyen en dénombrait plus de 1300 ! Lors d'une réunion publique, cette situation avait été évoquée; les responsables du Grand Dijon étaient restés sur leur position.

Bref, visiblement, les panneaux de la société Clear Channel, on n'en parle pas ! Chut !

jeudi 3 août 2017

Quetigny cherche un producteur bio

La mairie de Quetigny fait un appel à candidature qui n'est pas encore courant: la ville recherche un producteur bio ! Ca a le mérite d'être clair.













Un document de 4 pages décrit cet appel à candidature, en voici quelques éléments:
OBJECTIFS DE LA COMMUNE
• Développer l’autonomie alimentaire de la commune et de la métropole dijonnaise.
• Promouvoir l’agriculture biologique.
• Créer un nouvel emploi agricole.
• Valoriser un terrain communal.
• Contribuer à la relocalisation de l’économie.
• Développer l’éducation à l’environnement et au développement durable.
• Conforter Quetigny comme une ville pilote du développement durable.

UNE PRODUCTION ALIMENTAIRE LOCALE TOURNEE VERS LE BIO
* 2 exploitations agricoles sur les 6 ayant leur siège sur la commune sont en maraichage bio avec une vente directe
* Les jardins familiaux comptent 250 parcelles sur 6 hectares et développent un accompagnement au jardinage naturel.
* On peut estimer à près de 10% la part des foyers de Quetigny qui consomment des légumes bio ou cultivés selon la charte des jardins familiaux sur la commune.

LE PRINCIPE D’UNE VILLE NOURRICIERE :
Favoriser la production alimentaire sur son territoire et tendre vers l’autonomie alimentaire. Il s’agit de répondre à une demande forte des habitants et de lutter contre le changement climatique.













La ville de Quetigny s'engage clairement et sans langue de bois vers un avenir durable et écologique. Certains dirigeants de l'agglomération feraient bien de s'inspirer de cette initiative...

mercredi 2 août 2017

Jeûne-Action international DIJON-Valduc : 6 au 9 août 2017 - 4° édition

Du 6 au 9 août va avoir lieu un jeûne-action international pour protester contre l'arme nucléaire. La mobilisation se tiendra aussi à Dijon et devant le site de Valduc; avec un programme très dense:














L'ONU a enfin voté un Traité d'interdiction des armes nucléaires au mois de juillet 2017 ! Maintenant la France se doit de ratifier ce traité.

Complément d'information :
La FRANCE a signé le Traité de Non Prolifération (TNP), qui stipule l'objectif de l'élimination des armes nucléaires... mais la FRANCE modernise son arsenal ! Comment agir ? Le jeûne est une action non-violente, simple, efficace, qui permet à chacun d'agir très facilement, à son niveau. (Et en plus, c'est très bon à la santé !) Jeûneur d'un repas, d'un, deux ou trois jours, ou simplement venir avec nous pour soutenir cette action vitale, même si vous vous alimentez !

16.300 bombes nucléaires sont en service en 2015 dont 2.000 en état d'alerte. En état d'alerte signifie qu'elles peuvent être lancées en une quinzaine de minutes. Une frappe nucléaire peut ainsi être déclenchée, y compris par accident ou par erreur comme cela a failli se produire déjà de trop nombreuses fois ! Dénoncer, et arrêter cette insécurité nucléaire mondiale est une urgence.

lundi 31 juillet 2017

Panneaux publicitaires: la ville de Dijon gagne son procès contre Oxialive

Un article du Bien  Public du 28 juillet concernant un différent juridique entre la ville de Dijon et une société d'affichage publicitaire aurait pu passer inaperçu. Pourtant une s'agit d'une première en France, un procès qui peut bouleverser le paysage publicitaire national !

Dès 2013, l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or a alerté les pouvoirs publics sur l'implantation de panneaux lumineux à caractère publicitaires, de véritables télévisions pour automobilistes. 

Il a donc fallu plusieurs années et beaucoup d'énergie à la ville de Dijon pour supprimer ces quelques panneaux, alors que via le RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal) qui est en cours de rédaction, ces panneaux auraient pu très facilement être supprimés, tout comme les 1500 autres de l'agglomération. Mais le projet actuel de RLPi est d'une très grande médiocrité puisqu'il risque de laisser de nombreux grands panneaux en place, et surtout refuse totalement la diminution des centaines de panneaux de Clear Channel ! Un beau scandale en perspective...

samedi 29 juillet 2017

La ville de Quetigny prend une part dans la coopérative Enercoop

Lors du conseil municipal du 27 juin 2017, le conseil municipal de Quetigny a décidé à l'unanimité de souscrite à la coopérative Enercoop. Enercoop est créée en 2005 à l'initiative de Greenpeace, Biocoop, le CLER, les Amis de la terre et de la Nef, dans le but d'accélérer la transition énergétique en France. Cette société a pour mission de promouvoir et de développer les énergies renouvelables, d'inciter à la maîtrise de la consommation d'énergie et de favoriser l'appropriation citoyenne de la question énergétique.













La ville de Quetigny a ainsi voté l'achat d'une part sociale pour un montant de 100€.

A noter que la ville de Quetigny se fournit déjà en électricité chez Enercoop pour alimenter La Colline et la mairie. Quelle sera la deuxième ville de l'agglomération à faire de même ?

mardi 11 juillet 2017

Avec les élèves de la Maladière et les Amis de la Terre, tout se transforme !

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"Au début, il y a les Amis de la Terre Côte d’Or qui font écho à une opération nationale de recyclage de stylos. Et puis il y a les enseignants et les élèves de l’école de la Maladière qui relèvent le défi et collectent, sur plusieurs mois, tous leurs stylos usagés. Le résultat de ce partenariat : plus de 10 kgs de stylos récoltés. Ils seront ensuite recyclés et deviendront des bancs, des arrosoirs et autres objets en plastique."

"Sans cet effort collectif, ces stylos auraient terminé soit à la décharge soit incinérés. Et savez-vous combien de temps met le plastique pour se décomposer ? Vous pouvez le demander aux élèves de la Maladière qui ont, pour conclure cette opération recyclage, détaillé le cycle de vie d’un stylo. Ce cycle commence sous terre, avec du pétrole, des minéraux... que l’on transforme pour faire du plastique, du métal... qui pourront devenir stylos. Le cycle se termine soit par du recyclage, soit à la déchetterie où le plastique met environ 450 ans à se décomposer, soit encore à l’incinérateur (le cas à Dijon) pour produire des suies toxiques très dangereuses.
Le mardi 4 juillet, une adhérente des Amis de la Terre Côte-d’Or était présente à l’école de la Maladière pour informer les enfants, devant un monticule de plus de 40 kg de stylos usagés récupérés dans cette école, mais aussi provenant de l’Université de Bourgogne et ailleurs. Les élèves ont bien compris les enjeux et les conséquences de nos gestes quotidiens. Ils pourront ainsi faire les gestes et les choix nécessaires pour limiter leurs déchets.
Et vous ?"
"Si vous voulez participer avec nous à cette action de recyclage de stylos et/ou de sensibilisation, vous pouvez nous contacter à cotedor@amisdelaterre.org"

jeudi 22 juin 2017

Dijon protège et détruit le climat en même temps

Dijon vient de co-signer la tribune France Urbaine pour le climat ce 19 juin 2017 dans la presse nationale. Cette tribune appuie l’engagement de 54 villes de France en faveur des accords de Paris pour la défense du climat.
En même temps, la lettre d'information de la ville de Dijon met en avant l'augmentation de 15% pour le trafic global de l'aéroport Dijon Bourgogne par rapport à 2016 à la même période. Avec la conclusion: "Le tourisme d'affaires se porte particulièrement bien avec une hausse de 65%."
"La ville de Dijon, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco pour les climats de son vignoble, et référence écologique en France pour son plan climat énergie fait évidemment partie des signataires.
En co-signant cette tribune, François Rebsamen, Maire de Dijon Président de Dijon Métropole et ancien Ministre réaffirme l’engagement de la ville en faveur de la transition écologique. Alors que le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord de Paris sonne comme un nouveau défi pour la planète, La ville de Dijon est fière de compter parmi les territoires qui poursuivront et renforceront quoi qu’il arrive la dynamique exceptionnelle issue de la COP 21."

Le déplacement en avion produit plus de CO2 au km que les autres moyens de transport. Développer ce petit aéroport c'est donc promouvoir le dérèglement climatique !

Protéger la planète pour mieux la détruire, voila une façon bien étrange d'envisager l'avenir. Mais bon, si le tourisme d'affaires se porte bien, alors continuez les bêtises messieurs les dirigeants...

lundi 19 juin 2017

Mémorandum de 11 associations et coopératives actives dans les énergies renouvelables en Bourgogne-Franche-Comte

"Se situant dans une attitude de co-construction d’une politique régionale, 11 associations et coopératives ont voulu apporter leurs réflexions et leurs propositions pour une politique régionale réussie au travers d’un mémorandum introduit par onze préconisations majeures."
"La Transition Energétique est aujourd’hui un impératif pour tous les pays et des régions du monde. C’est une fantastique opportunité pour redonner du sens à notre avenir et des perspectives optimistes à la population.
La transition énergétique est une des priorités de la Région Bourgogne-Franche-Comté, laquelle projette d’être « à énergie positive » en 2050. C’est un objectif très ambitieux. Dans ce cadre, la Région définit durant l’année 2017, sa politique en matière de développement des énergies renouvelables.
Les associations et coopératives agissant dans le domaine des énergies renouvelables sont proches des situations de terrain. Motivées pour réussir la transition énergétique, elles sont engagées dans des actions concrètes, aux côté des collectivités, des entreprises et des citoyens.
Le développement des énergies renouvelables nécessite un cadre européen, national et régional favorable. Mais c’est aux acteurs de terrain de jouer pour transformer des objectifs en réalités, permettre aux territoires et à leurs habitants de tirer parti de la production d’énergie sur leurs territoires et créer de nouvelles activités et de nouveaux emplois, tout en contribuant aux politiques de lutte contre le dérèglement climatique.
Collectivités territoriales, entreprises, artisans, agriculteurs, filières et secteurs industriels, établissements de formation, etc., chacun doit être invité à devenir à « énergie positive » en consommant moins et en produisant local et renouvelable.
Encourager et soutenir la diffusion de l’information et du conseil, favoriser les initiatives de ces acteurs et leur mise en réseau, la convergence de leurs actions, la formation de communautés citoyennes autour de projets dont les parties prenantes sont fières. C’est là que résident les solutions.
Se situant dans une attitude de co-construction d’une politique régionale, les associations et coopératives ont voulu apporter leurs réflexions et leurs propositions pour une politique régionale réussie au travers d’un mémorandum introduit par onze préconisations majeures."













Ci-dessus, en résumé,  les 11 préconisations pour les Energies Renouvelables des 11 associations et coopératives actives dans les énergies renouvelables en Bourgogne-Franche-Comte. (télécharger le dossier complet).