mercredi 18 janvier 2017

Vague de froid : le Grand Dijon va-t-il agir ?

Communiqué de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or :
Tous les médias en parlent : avec la vague de froid de cette semaine, la France risque un manque d’électricité dû notamment à l’utilisation de radiateurs électriques - appareils vendus pour développer l’industrie nucléaire, et aux divers gaspillages.

Les messages d’alertes défilent à la radio, la télé, la presse papier ou internet. Citoyens, soyez sobre en énergie, éteignez les lumières, coupez votre frigo, diminuez votre chauffage,... Sans quoi nous risquons la coupure de courant ! Ainsi le citoyen est tenu pour responsable. Nous soutenons bien entendu la sobriété énergétique, mais pas seulement en ce moment, toute l’année.

Mais dans quel sens agit le Grand Dijon ? Pendant que les dijonnais feront acte de sobriété, plus d’un millier de panneaux publicitaires restent éclairés partout dans l’agglomération dijonnaise, toute la nuit ! Et c’est jours et nuits que cela consomme ; et depuis des années. Et malheureusement pour des années encore selon nos informations. En effet, en dépit de nos demandes répétées et la rédaction d’un RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal), le Grand Dijon souhaite garder des centaines de panneaux publicitaires, dont une grande majorité utilisant de l’électricité.

D’un côté nous devons être sobre suite aux messages d’alerte, et les dijonnais sont positivement sensibilisés en participant aux "familles à énergies positives", mais d’un autre côté le Grand Dijon continue à vouloir garder des panneaux publicitaires, aberration écologique et économique !

Note pour rappel : Tous les panneaux sucettes et affichages publicitaires présents sur les abribus (environ 600 au total) utilisent de l’électricité fournie par le réseau d’éclairage public. C’est à dire que chaque nuit les dijonnais payent pour ce gaspillage.

Nous appelons une nouvelle fois Monsieur Rebsamen et nos élus du Grand Dijon à mettre en place un RLPi exemplaire, sur le modèle de Quetigny et Grenoble, et ne prévoyant aucun affichage publicitaire électrique ; pour que Dijon devienne une référence écologique en France et en Europe.

"L’énergie est notre avenir, économisons-là REELLEMENT !".

jeudi 12 janvier 2017

Rapport développement durable du Grand Dijon

Le rapport "développement durable 2016 de la communauté urbaine Grand Dijon" est disponible. Le document est structuré en 5 parties:
- Lutte contre le changement climatique
- Préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources.
- Epanouissement de tous les êtres humains.
- Cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations.
- Dynamique de développement des modes de production et de consommation.
Un document à découvrir, qui fait une synthèse des actions pour un territoire moins polluant.

Deux points à soulever, parmi d'autres:
- Dommage que le projet de "ville respirable en 5 ans" (page 13) ne reprenne pas l'initiative de l'association Rires sans frontières concernant le "Stop au Ralenti".

- HONTEUX de voir une nouvelle fois le MENSONGE concernant le nombre de panneaux publicitaires présents dans l'agglomération dijonnaise. Le nombre de 984 a été donné par la société Cadre&Cité suite à son travail d'audit. Un chiffre honteusement erroné comme l'ont démontré les associations Les Amis de la Terre Côte-d'Or et Coagul lors d'un audit citoyen qui a mis en évidence plus de 1300 panneaux, avec une estimation finale d'environ 1500 ! 

Ce rapport sur le "développement durable" est très intéressant, mais à lire avec précautions.

lundi 9 janvier 2017

Le parc de la Colombière est labellisé "écojardin"

Annoncé au mois de mai 2016, la ville de Dijon souhaite labelliser un certain nombre de parcs et jardins en "écojardin". C'est au tour du parc de la Colombière d'obtenir cette distinction.

Selon Patrice Château, « ce label salue la dynamique de villes engagées dans un fleurissement plus naturel, dans la préservation de la biodiversité et dans des pratiques culturales plus respectueuses de l’environnement. »
"Pour décrocher ce sésame, les équipes du service des espaces verts du secteur du parc de la Colombière sont à l’œuvre depuis plusieurs années. Avec l’opération « zéro phyto », plus aucun désherbant, fongicide ou insecticide n’est utilisé dans les parcs de la ville. Les équipes des espaces verts et du Jardin des sciences assurent un suivi de la flore spontanée et des consommations en eau. Elles veillent sur les 3500 arbres du parc, avec l’ONF, diversifient les plantations, assurent la végétalisation des berges de l’Ouche bordant le parc ou encore l’intégration de ruches et de zones de prairies fleuries naturelles." (source: Dijon mag n°297)

Une belle dynamique en cours.


samedi 31 décembre 2016

#dijoncapitale écologique ?

Les panneaux publicitaires Clear Channel affichent en ce moment un message de la ville de Dijon, pour les voeux de 2017, avec le hashtag "#dijoncapitale" suivi de "écologique". En plus petit il est écrit "nature en ville et biodiversité, zéro phyto, plateau de La Cras, cadre de vie d'exception, effets tram pour tous". Puis "Dijon, référence écologique en France !".

2017 sera peut être l'année du changement écologique à Dijon. Il reste toutefois beaucoup de chemin à parcourir, de nombreux changements à réaliser pour que l'empreinte écologique de l'agglomération dijonnaise passe à un niveau acceptable. Pas de quoi se réjouir pour le moment, même si il existe des avancées sur quelques points, notamment grâce à des obligations réglementaires. Par exemple, le "zéro phyto" est obligatoire !Et le plateau de La Cras sera-t-il cultivé en agriculture biologique ou en chimique ?

Dijon ne sera jamais une ville de référence écologique tant qu'il y aura des panneaux publicitaires promouvant la sur-consommation. Les responsables changeront-ils de point de vue sur le sujet en 2017 avec la rédaction d'un Règlement Local de Publicité intercommunale (RLPi) très contraignant au lieu du laxisme actuel? Cette année à venir sera aussi importante avec le Plan Local d'Urbanisme intercommunal (PLUi). Les décisions seront-elles prises de façon collégiales et transparentes ? Espérons le...

"Les volontés faibles se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes." Que ceux qui veulent une terre vivable agissent !  Les solutions et les moyens d'y arriver sont nombreux, portés souvent par des citoyens et des associations.

mercredi 21 décembre 2016

Assu 2000 n'assure pas !

Sobriété énergétique et lutte contre la pollution lumineuse, deux concepts que les responsables de l'agence Assu 2000 de Dijon ne connaissent visiblement pas.

Assu 2000 est peut être le 1er réseau de courtage, mais il est manifestement mauvais élève en ce qui concerne la sobriété en électricité. Cette agence dijonnaise possède un immense panneaux d'éclairage publicitaire qui fonctionne 24h/24. Et oui, même en pleine nuit. La France est menacée de coupures d'électricité cet hiver dû au choix de développer le secteur du nucléaire. Alors on entend ici et là des messages pour faire des économies. Mais le message n'est visiblement pas arrivé aux oreilles des responsables d'Assu 2000, ou bien ils s'en moquent.
Cet éclairage massif contribue aussi pleinement à la pollution lumineuse sur Dijon.
Une assurance qui menace le présent et l'avenir de ses clients, ce n'est pas bien sérieux...

samedi 17 décembre 2016

"Les poissons disparaissent, petit navire aussi !"

"Ça s'est passé chez Carrefour, Casino ou encore Intermarché, mais c'est la marque Petit Navire qui était visée ce samedi 17 décembre par le groupe local Greenpeace. L'opération consistait à vider les rayons des boites de thon Petit Navire."

"Quatre membres de l'organisation non gouvernementale pénétraient rapidement dans les magasins et menaient l'opération sans attendre avant de demander à rencontrer le directeur. «Ça s'est bien passé» raconte Nicolas Lemoine : «A l'Intermarché de Fontaine-lès-Dijon, nous avons pu discuter avec le directeur et lui expliquer les raisons de notre action». Des tracts et flyers étaient également disposés sur place, arborant le slogan «Les poissons disparaissent ? Petit Navire aussi !»."


"Greenpeace a mis en place et actualise chaque année un classement des marques de thon en fonction des espèces pêchées, des zones et des méthodes employées. Résultat : le thon vendu sous marque Super U est le seul à obtenir la meilleur note dans les trois critères, talonné par les marques Phare d'Eckmühl et Connétable.


Les mauvais élèves ? Citons d'abord le thon E.Leclerc, la marque étant la seule a avoir refusé de répondre à ces trois questions, sur 10 fabricants questionnés par Greenpeace. Le thon Casino obtient pour sa part la note minimale dans les trois domaines, à peine pire que Auchan et Petit Navire.
«Certes, Petit Navire n'est que 7e sur dix dans notre classement, mais nous l'avons ciblé pour cette opération car c'est le leader mondial» explique Nicolas Lemoine. «Une boite de thon sur cinq dans le monde est vendue par cette multinationale»."
(source: infos-dijon.com)

lundi 12 décembre 2016

Création du collectif "stop LINKY 21"

La première réunion du collectif "stop LINKY 21" va avoir lieu le vendredi 16 décembre à 20h dans la salle du conseil de la mairie de Plombières les Dijon.

Suite aux réunions publiques, vous avez été plus d'une centaine a donner vos coordonnées dans le but de se mobiliser au sein d'un collectif citoyen. Afin de défendre votre droit de refuser l'intrusion dans vos logis d'un capteur inutile, coûteux et certainement dangereux pour vos économies et votre bonne santé. Vous êtes toutes et tous invités à une réunion de lancement d'un collectif « stop LINKY 21 ».
NB : Si vous n'êtes pas disponible le 16, une autre réunion sera proposée sur Quétigny. Certainement début janvier 2017

Pour toutes les personnes qui souhaitent en savoir plus sur ce Linky, le petit livre "Sexy Linky ?" est une mine d'informations. Il est possible de le commander sur le site du magazine l'âge de faire ou de le trouver dans les bonnes librairies

dimanche 11 décembre 2016

Evasion fiscale: des dizaines d’agences BNP Paribas fermées partout en France, dont à Dijon

Vendredi 9 et samedi 10 décembre, une vague d’actions a touché la BNP Paribas pour dénoncer le système de l’évasion fiscale et appeler au financement de la transition écologique et sociale. Répondant à l’appel lancé par le collectif des Faucheurs de Chaises, des centaines de militants ont mené des actions non-violentes visant la BNP Paribas. ATTAC21, Les Amis de la Terre Côte-d'Or et de Nuit Debout Dijon étaient présent rue de la Liberté à Dijon ce samedi matin.


Le communiqué:
"A Dijon, Les citoyens et citoyennes à l’initiative d’ATTAC21, Les Amis de la Terre Côte-d'Or et de Nuit Debout Dijon ont décidé d’alerter le public sur le coût de l’évasion fiscale par une action non violente, ludique et décalée le samedi 10 décembre dans une agence BNP PARIBAS. Pourquoi avoir ciblé tout particulièrement cette banque alors que bien d’autres banques participent aux différents montages qui permettent cette sortie massive de capitaux vers les paradis fiscaux ?

C’est elle qui porte plainte contre Jon Palais. Jon a participé à une action citoyenne et pacifique de fauchage de chaises dans une agence BNP PARIBAS en janvier 2015. Cette action avait comme objectif d’alerter l’opinion publique sur l’évasion fiscale. Son procès aura lieu le 9 janvier 2017 à DAX. A cette période de Noel, où les médias communiquent sur la magie de la fête, les cadeaux, les lettres des enfants, il nous a semblé que bon nombre de citoyens pouvaient en profiter pour demander de trouver des fonds pour financer les services publics : hôpitaux, écoles, transports et la transition écologique … Et où les trouver sinon auprès des banques qui participent à l’optimisation fiscale et donc à la fuite de tout cet argent. C’est 60 à 80 milliards d’euros qui manquent chaque année au budget de l’état.

Nous menons cette action au grand jour dans une démarche non violente pour dénoncer l’impunité judiciaire dont jouissent les délinquants fiscaux et leurs complices et nous exigeons que les pouvoirs publics prennent enfin les mesures nécessaires pour en finir avec l’évasion fiscale. Nous voulons faire du 9 janvier à Dax le procès de l’évasion fiscale et non pas celui des lanceurs d’alerte. Seule une large mobilisation des citoyens peut faire évoluer la législation.

« Alors que la fraude aux prestations sociales représente 60 fois moins que la fraude fiscale, elle est de plus en plus traquée et stigmatisée. Les fraudeurs fiscaux, quant à eux, bénéficient d’un traitement de faveur et ne sont quasiment jamais condamnés. Nous pouvons lutter concrètement contre cette impunité fiscale : en renforçant les effectifs et les moyens de l’administration fiscale, de la police fiscale et du parquet financier qui traquent la délinquance financière mais aussi en condamnant plus systématiquement les fraudeurs et leurs complices, les banques et les cabinets d’affaire. Si des dizaines de milliards d’euros échappent encore au fisc annuellement, c’est uniquement le résultat de des décisions politiques.

Ce sont au minimum 100 milliards d’euros qui échappent aux caisses de l’état :
40 à 60 milliards d’euros par an à cause de l’évasion fiscale
60 à 80 milliards d’euros par an à cause de la fraude fiscale
Par comparaison le déficit de l’état s’est élevé en 2015 à 77,4 milliards d’euros
A propos de la fraude fiscale un calcul a été fait par "osons causer"
La fraude fiscale coute à chaque citoyen 136,24 euros par mois
La fraude sociale coute à chaque citoyen 6,81 euros par mois"

La banque BNP était déjà montrée du doigt avec les PokeTerre il y a peu.  Maintenant c'est à chacun d'agir en choisissant une banque responsable.

samedi 10 décembre 2016

Mobilisation contre les projets de Center Parc dans la région

Vendredi 16 décembre, à l'occasion de la prochaine session plénière du conseil régional, les opposants aux Center Parcs appellent à un rassemblement devant l'hôtel de région à Dijon à 11h.

"COMMUNIQUE DE PRESSE EELV BOFC : Center parcs, c'est toujours NON
Mardi 7 décembre 2016
EELV rappelle la Présidente de Région à ses engagements. Lorsqu'elle prend l'engagement avec son exécutif d’élaborer la stratégie de mandat avec les citoyens et les acteurs de terrain, quels sont les éléments objectifs qui sont portés à leur connaissance ?
Lorsqu'elle assume de concerter pour réussir ensemble la construction de la nouvelle Région que met l'exécutif régional sous le terme « concertation » ?
EELV demande que les paroles soient traduites en acte. Pour se forger une opinion, les citoyens doivent avoir accès à l'intégralité des éléments du débat concernant le financement des Center-parcs de Poligny et du Rousset, conformément aux engagements de la majorité régionale et aux recommandations de la Commission Nationale du Débat Public.
Mme La Présidente, nous vous demandons de rendre publiques les études réalisées par Wolfrom.
La transition écologique fait partie des trois priorités de la Région, si c'est vraiment le cas, vendredi 16 décembre 2016, unanimement, mesdames et messieurs les conseillers régionaux vous direz, comme nous, NON au financement public d'un projet délétère pour notre environnement.
EELV appelle à rejoindre la manifestation organisée par le Pic Noir et EcologicAction 71 qui se tiendra vendredi 16 décembre à 11h00 devant le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté."


Pour rappel, la région de Bourgogne avait voté favorablement le 30 juin 2014 pour l'implantation du projet de Center Parc Pierre & Vacances sur la commune du Rousset en Saône-et-Loire. Une décision prise à la va-vite par François Patriat, ancien président du Conseil Régional comme le montre la vidéo de ce conseil. Ceci malgré les remarques pragmatiques et argumentées de l'opposition EELV. Madame Marie-Guite Dufay  (actuelle présidente de région) sera t elle plus enclin à la discussion, à la transparence et au respect des enjeux environnementaux que ne l'était monsieur Patriat ? Ce dernier était bien connu pour son incompétence vis à vis des questions environnementales.

Davantage d'informations sur:
http://www.lepicnoir.fr/
http://www.centerparc-le-rousset.org/

mercredi 7 décembre 2016

Une cagnotte solidaire pour le maraîcher de deux AMAP dijonnaises

Monsieur Jérôme Clabeau vend ses légumes via trois AMAP, dont deux sur Dijon (« Les jardins de Lucie » et « Lulugume »). Pour développer son activité en agroforesterie, il a besoin de 5500€. Tout le monde peut participer à travers la cagnotte solidaire "Germe de blé".
"Créé par Jérôme Clabeau, le Jardin des Equinoxes se déploie sur 5 ha. Cet espace a pour vocation d’être un organisme agricole autonome, diversifié et résilient. Cela signifie qu’il se fixe comme objectifs, l’amélioration durable de la fertilité du sol, de la biodiversité, de produire en limitant les intrants, de nécessiter des investissements modérés, d’atteindre un rapport revenus/travail décent.
Pour cela, le travail est effectué selon le cahier des charges de l’agriculture biologique, avec un travail du sol simplifié en planches permanentes, allié à l’agroforesterie, avec des rotations longues d’engrais verts. Il est conduit sur des surfaces limitées et progressives. Le sol présente une granulométrie très équilibrée d’argiles, limons et sables.
Cette composition permet un ressuyage très rapide. De plus, sa légèreté ne nécessite que peu de puissance de travail et des pratiques superficielles. C’est pourquoi, un travail au motoculteur est suffisant pour la partie légumes de 1 ha, la surface restante étant couverte par du trèfle.
La commercialisation est réalisée au travers de 3 AMAP sur Dijon et Genlis et permet l’activité d’une personne."
"Le matériel à financer
Bien que la nature du sol se prête à un matériel léger, l’entretien des 5 ha nécessite un tracteur équipé d’un broyeur. Ce matériel va permettre une destruction rapide des cultures terminées. Le broyage réduit les résidus de végétaux en particules qui vont se dégrader rapidement et faciliter le travail du sol pour les cultures suivantes.
Le tracteur sera équipé d’un cultivateur à dent auto-construit pour la préparation des planches de culture en un seul passage et d’une dérouleuse à film auto-construite. Au final, l’acquisition de ce matériel permettra un important gain en temps de travail.
Le matériel envisagé est un tracteur d’occasion de type Massey Ferguson 1080 et un broyeur à marteau de 1,60m, dont le coût total s’élève à 5 500 €."

"La cagnotte solidaire, un circuit court de financement local, solidaire et citoyen
La cagnotte solidaire contribue au rapprochement solidaire entre paysans et citoyens dans le cadre d’un partenariat local, direct et transparent. C’est une association qui a pour objet social de soutenir des projets de création, de dévelop- pement et de maintien de l’agriculture paysanne de proximité, socialement équitable et écologiquement soutenable. Les fonds sont apportés par les adhérents pour être mis à disposition de projets sous forme de prêts à taux zéro. Au terme du remboursement du prêt, chaque adhérent récupère le montant de son apport. Il peut alors le mettre à disposition d’un nouveau projet, ou pas."